AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  



si vous aimez aotm, aidez-le à se faire connaître!
votez toutes les deux heures sur les top-sites & laissez un petit message sur BAZZART & PRD
inscriptions : première intrigue!
elles sont ouvertes! n'hésitez pas à y participer en vous rendant juste ici !
urgent : postes vacants
il reste encore beaucoup de postes vacants à prendre! ils sont vraiment important pour le jeu.
n'hésitez pas à les incarner, vous serez récompensé!

 

 A Complete Different World [Feat Medu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
⊰ they save the day, protectors of all times

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 11/02/2018









L’éclat des flammes baissait enfin d’intensité et la chaleur devenait enfin supportable ; du fond de la salle, le sorcier affichait un sourire victorieux tandis qu’il rabaissait son sceptre après avoir littéralement réduit celle qu’on appelait ‘la tueuse de dragons’. Elle avait été coriace, et dangereuse, l’homme ayant reçu de nombreux coups qui se seraient avérés mortels s’il avait été un peu moins attentif durant l’affrontement. Mais alors que la fumée se dissipait enfin, son regard fut attiré par un léger mouvement dans l’opacité ambiante, son sourire disparaissant au fur et à mesure que la silhouette se faisait plus nette et reconnaissable.

Malgré toute la puissance sur sortilège qui venait de lui être lancé, la Tueuse de Dragons, Aela, se tenait toujours debout. Son visage, ses bras et jambes étaient couverts de sang en grande partie, sa respiration était faible et un carreau d’arbalète transperçait son armure au niveau de la hanches, mais elle était encore prête à se battre. Laissant tomber au sol son bouclier rond qui n’était plus que l’ombre de lui-même, la Tueuse saisit fermement son épée à deux mains, commençant à avancer d’un pas lent et régulier vers son adversaire qui, de son côté, se demandait quel genre de femme il avait en face de lui.

La marche d’Aela se faisait de plus en plus rapide jusqu’à ce qu’elle se mette à courir droit vers l’homme, serrant si fort sa prise sur son épée que les articulations de ses doigts se mettaient à blanchir. Arrivée face à l’homme, la voilà qui bondit dans sa direction afin de lui abattre son épée sur le crâne avec toute la force qu’il lui reste. Le sorcier était sur le point d’être vaincu, le village avoisinant cette grotte allait enfin vivre en paix… C’est là que tout a basculé.

Au lieu de sentir et d’entendre le crâne de son ennemi se briser, la guerrière se prit à frapper dans le vide et, déstabilisée par une telle surprise, ne put contrôler sa chute ; elle s’écrasa lourdement au sol, roulant sur elle-même par trois fois avant de venir violemment se cogner contre un lourd objet métallique. Etalée sur le sol, elle mettra quelques instants avant de tenter de se relever ; le combat encore récent et les multiples blessures qu’elle y avait reçus commençaient à se faire ressentir physiquement, douleur et épuisement, voilà ce qu’était le corps d’Aela à cet instant. Prenant appui sur une main, la voilà qui se relevait doucement, posant un genou au sol pour s’appuyer dessus. Attrapant le rebord de l’objet en métal, qui était rouillé par endroit, elle parvint à se hisser sur ses deux jambes, son épée toujours à la main.

Levant les yeux au ciel tout en récupérant un peu de souffle, elle fut surprise d’apercevoir le ciel, elle qui se trouvait dans une grotte il y a encore un instant. Et malgré la noirceur du ciel, lui indiquant par là qu’il faisait nuit, il y avait une sorte de luminosité étrange, et qui ne provenait pas du ciel, mais du bout de l’impasse dans laquelle elle se trouvait. Avançant tout en s’appuyant contre un des murs vers la sortie de l’impasse, la guerrière fut stupéfaite et s’immobilisa en arrivant dans ce qui semblait être une immense rue dans une ville tout aussi immense. D’étranges créatures circulaient à toute vitesse au milieu de la rue tout en faisant un bruit horrible et en dégageant une odeur des plus infectes.

Il y avait également des gens, et ils ne semblaient pas effrayés par ces monstres aux yeux lumineux ; après une courte observation des environs proches, Aela quitta le couvert de sa ruelle afin de partir à la découverte de cet endroit étrange. Levant une nouvelle fois les yeux au ciel, elle put remarquer d’énormes bâtisses montant jusqu’au ciel et illuminées de l’intérieur ; elle continuait d’avancer, le regard capté par cette architecture totalement nouvelle, et ne remarqua pas qu’elle venait de s’engager sur le centre de la rue, là où les créatures circulaient. Elle fut rappelée à la réalité lorsqu’un autre bruit, plus horrible encore que tout le reste, retentit tout proche d’elle. Tournant le visage vers son origine, elle pu constater qu’il s’agissait là du cri d’une des créatures, qui fonçait droit sur elle.

Malgré sa fatigue et ses blessures, Aela trouva encore la force de bondir sur le dos de l’animal et d’y enfoncer la lame de son épée dans un geste rapide, précis, et puissant, immobilisant quasi-instantanément la créature qui semblait rendre son dernier soupir. Le flanc de la bête s’ouvrit alors et un homme, assez petit, s’en extirpa tout en hurlant sur elle. Sa langue était identique à celle qu’elle parlait, et elle comprit bien vite qu’elle était en train de recevoir un flot incessant d’insultes et de reproches de la part de cet homme. Extirpant son épée de la carcasse de l’animal, qui semblait être fait de métal, elle bondit au sol pour se retrouver face à face avec l’homme, le toisant du haut de ses 1m94, le regard mauvais. Voyant aussitôt qu’il n’avait aucune chance, l’interlocuteur de la guerrière préféra se mettre à marcher à reculons avant de partir en courant plutôt que de l’affronter directement.

Se tenant seule au milieu de cette énorme rue aux côtés du cadavre de la bête d’acier, Aela pouvait sentir nombre de regards se poser sur elle ; mais c’était là le moindre de ses soucis. Ce dernier combat, même s’il fut des plus brefs, l’avait forcée à puiser dans ses dernières forces ; elle prit appui d’une main sur le dos de l’animal qu’elle venait d’occire, mais cela n’empêcha pas ses jambes de se dérober sous elle et de se retrouver à moitié allongée sur le sol, la vue se brouillant doucement à cause du sang qui coulait dans ses yeux depuis sa blessure au front.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊰ an explosion and their life has rocked

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 09/02/2018









J’avais passé la soirée à boire, j’étais seul au comptoir d’un bar lesbien de la ville, mais je n’avais aucunement envie de parler aux femmes qui tentaient de me draguer. Je ne savais pas pour quelle raison, mais je n’avais pas la moindre envie de draguer, de passer la nuit avec une femme, de sentir son souffle, sentir ses gémissements de plaisir. Je n’avais envie de rien, juste de me détendre devant un verre, dans mon bar préféré. En cette nuit, je souffrais d’un manque fort, puissant et grand, le manque de ma famille. J’avais passé des siècles, des millénaires à leur côté et depuis dix longues années, je vivais loin de mes sœurs, de ma famille, des miens et cela me brisait le cœur de vivre aussi loin d’elle. Pourtant, mon rôle m’avait été donné par l’une de mes déesses, Déméter et je devais faire ma mission jusqu’au bout.

Tandis que je buvais une coupe de champagne, je regardais les femmes présentes et je soupirais avec force, elles n’étaient pas laides, mais elle ne me plaisait pas, je voulais une guerrière, pas une femme faible. Est-ce trop dur de le comprendre, je veux une guerrière capable de me combattre sans soucis. Dans ce monde, seules les amazones avaient la capacité de me faire craquer et me rendre amoureuse, je ne pouvais pas tomber amoureuse d’une femme plutôt faible, cela serait impossible pour moi…

Alors que je vidais ma coupe de champagne, j’ai soupiré et je suis sortie, pour une fois, seule pour rentrer chez moi. Ce qui était très rare, car à chaque fois que j’entrais dans ce bar, je repartais avec une femme et je la quittais le matin après une nuit de plaisir et ça, sans jamais la revoir. Alors que je marchais pour rentrer dans mon appartement, retrouver mes plantes, je me suis surprise par un bruit très étrange venant de la route. Il faisait atrocement nuit et je me suis surprise à partir en courant vers l’endroit provenant le bruit, croyant qu’une personne se faisait agresser.

J’avais l’habitude de porter mon épée que m’avait offerte Déméter derrière mon dos et en arrivant sur place, je l’avais déjà sorti de son fourreau et c’est à ce moment que j’ai vu la scène la plus belle, la plus excitante et la plus délicieuse que je n’ai jamais eue l’occasion de voir. Il y avait une superbe femme, en armure, tenant à la main une épée. Je la regardais doucement et amusé, en la voyant sauter sur le dos d’une voiture et l'a transpercé. Cela m’amusait, car j’avais eu exactement la même réaction en voyant pour la première des voitures. Même si pour moi, j’avais transpercé un car en deux, afin de faire sortir les gens qu’il avait mangé. En y repensant, j’ai eu un petit sourire qui s’effaça très vite quand j’ai vu que la belle guerrière, menacer de son épée le petit homme qui sortait de son taxi.

Serrant la poigne de mon épée, je me suis surpris à ressentir une chaleur dans ma main, comme si deux amies venaient de se retrouver, après un long moment d’absence. Je me suis donc avancé, armé de mon épée en direction de la jeune femme, mais arrivée non loin d’elle, j’ai vu qu’elle était extrêmement blessée et elle remonta encore plus haut dans mon estime. Je me suis lentement approché d’elle pour la regarder et que je fus assez proche d’elle, j’ai ressenti une passion me dévorant les entrailles. Elle était la beauté incarnée, elle respirait la force, la puissance et elle était une guerrière au vu de ses blessures.

J’étais maintenant à trois pas d’elle et pour ne pas l’effrayer, j’ai posé mon point sur le cœur en la regardant dans les yeux. C’était un très vieux salue guerrier, un salue universel à une époque très lointaine, mais je pensai qu’elle pouvait sûrement le connaître et me reconnaître, comme une amie, ou tout du moins pas une ennemie. Je la regardais avant de poser la pointe de mon épée au sol et de lui dire doucement :

« Je veux t’aider, dit moi juste de quel monde, tu viens, car tu n’es pas une amazone, ce qui veut dire que tu viens d’un autre monde. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊰ they save the day, protectors of all times

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 11/02/2018









Alors que du revers de la main elle était en train d’essuyer le sang qui coulait dans ses yeux, Aela sentit quelqu’un s’approcher d’elle malgré le bruit des passants et des monstres de métal qui continuaient pour la plupart à circuler comme si de rien n’était. Sur le qui-vive, elle remarqua du coin de l’œil l’épée que tenait l’inconnue et eu un geste de recul tout en relevant sa propre épée afin de parer un coup éventuel. Plus concentrée sur l’épée que sur la personne en elle-même, elle n’avait tout simplement pas compris les paroles qui lui étaient adressées, elle ne voyait que la menace de l’arme.

Et au lieu de se mettre dans une position défensive, la guerrière se retrouva allongée par terre sur le dos ; son instinct avait repris le dessus, lui faisant oublier qu’elle était physiquement trop épuisée pour tenter quoi que ce soit. Remarquant que la femme qui s’était adressée à elle ne passait pas à l’attaque, Aela prit quelques instants afin de se remettre les idées en place. Tant de chamboulements dans sa vie en si peu de temps, cela avait de quoi vous perturber assez pour que vous ayez du mal à réfléchir posément. Se rappelant alors des mots de la jeune femme, Aela fronça les sourcils légèrement ; bien qu’elle soit dans une situation peu enviable, sa fierté personnelle faisait qu’elle n’appréciait pas qu’on lui propose de l’aide, surtout dans les moments où elle était vulnérable.

« Merci… Mais je n’ai pas besoin d’aide. »

Sur ces mots, qui d’ailleurs étaient plutôt froids, la Tueuse de Dragons tenta une nouvelle fois de se relever, avec plus ou moins de succès ; agrippant fermement la partie de l’animal qui s’était ouverte, elle se hissa, non sans mal, sur ses jambes tout en serrant les dents dans une grimace de douleur. Enfin debout, elle faisait son possible pour rester bien droite devant son interlocutrice, baissant légèrement son regard dans le sien afin de s’adresser à elle.

« Je peux me débrouiller seule. »

Et elle ponctua sa phrase en crachant au sol un peu de sang, tenant toujours bien fermement la poignée de son épée dans sa main droite, la pointe de la lame dirigée vers le sol. Les blessures qu’elle avait reçu durant son combat durant le sorcier étaient encore fraîches et certaines saignaient encore, sans parler des quelques brûlures sur son bras gauche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé












Revenir en haut Aller en bas
 
A Complete Different World [Feat Medu]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» This is a mad world (feat Hannibal Lecter)
» Clothes and shoes, the perfect world ~ Feat Rebekab Mikealson et Caroline Forbes
» It's a mad world [Feat Evan]
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: